+7,4% de croissance attendue en 2022, des perspectives prometteuses pour un secteur à la recherche de talents. Pour la 12eannée consécutive, le secteur du numérique est créateur d’emplois.

Pour l’ensemble du secteur, Numeum réévalue sa prévision de croissance initiale (qui était de +7,1% fin 2021) à +7,4% pour l’année 2022. Une croissance qui s’observe dans chaque métier du numérique :

  • Croissance estimée 2022 pour les Éditeurs et plateformes cloud : +11,3%
  • Croissance estimée 2022 pour les Entreprises de Services du Numérique (ESN) : +5%.
  • Croissance estimée 2022 pour les activités d’Ingénierie et Conseil en technologies (ICT) : +6,9%

 

Des prévisions pour 2022 revues à la hausse

 

Après une année 2021 du renouveau, qui s’est inscrite dans un rebond général de l’activité française, 2022 est une année qui s’annonce particulière et pleine de contrastes. Le contexte géopolitique incertain domine l’actualité et les préoccupations, avec un impact remarqué sur la croissance française qui devrait atteindre +2,3% sur l’année selon l’INSEE.

 

En dépit de ces prévisions sur l’économie générale, le secteur du numérique continue sur sa lancée de 2021 et s’établit clairement comme un des moteurs principaux de l’économie française. La dynamique des investissements dans les projets numériques s’intensifie. Les projets cloud et de transformation numérique sont au cœur des préoccupations des entreprises, qui accentuent le renforcement de leurs capacités dans ce domaine.

 

Les projets de transformation entamés en 2021 se poursuivent et se généralisent : plus que la migration des applications vers de nouvelles infrastructures, on voit de nouveaux projets plus orientés vers le métier et le client final. On note ainsi une accélération très forte de la préoccupation des DSI sur les aspects liés au développement durable. Le développement durable compte parmi les sujets les plus importants pour 45% des entreprises interrogées alors qu’elles n’étaient que 29% dans ce cas le semestre précédent. Ces objectifs sont devenus prioritaires pour les DSI, qui doivent inscrire les projets IT comme des outils au service de la stratégie générale de l’entreprise, et non plus seulement comme des outils au service des opérationnels.

 

Cependant, la très forte tension sur les ressources humaines ne s’estompe pas et limite toujours nos perspectives de croissance. Cette tension est accentuée par une vague de réinternalisation de certaines ressources humaines par les DSI, principalement sur les sujets critiques sur lesquels elles souhaitent se renforcer avec, en premier lieu, la cybersécurité.